La Paz & La Vallée du la Lune

Avec Sylive, mon amie avec qui je voyage quelques jours, nous sommes arrivées dans la plus haute capitale du monde vers 18h00 le 11 mai. Le trajet depuis Copacabana était très intéressant car nous avons dû traverser le lac mais d’une façon un peu spéciale. Pour ma part, j’ai cru qu’il y avait un pont qui rejoignait les deux côtes mais en fait pas du tout… Tous les passagers ont dû descendre du bus pour ensuite prendre un petit bateau qui nous a emmené sur l’autre rive. Le bus a embarqué sur un gros bateau en bois qui faisait office de ferry pour les véhicules. C’était impressionnant de voir ce gros bus orange flotter sur l’eau ! Heureusement, la traversée s’est bien passée car tous nos bagages étaient dans la soute du bus.

Après être remontée à bord, j’ai fermé les yeux pour une bonne heure. Quand je les ai ouverts, on se trouvait dans une grosse ville (banlieue) où les routes n’étaient pas goudronnées et où tout semblait très pauvre et pendant un instant j’ai cru que c’était La Paz. Il s’est avéré que c’était El Alto, la banlieue en dessus de La Paz, située sur l’Altiplano et où vivent plus d’un million de personnes. Après avoir traversé cette ville, nous avons plongé dans cette cuvette où se trouve La Paz, la vue était impressionnante !

En arrivant au terminal de bus, nous avons pris un taxi jusqu’à notre auberge que j’avais réservé le matin même. Mais surprise en y arrivant, ils ne nous attendaient pas avant le lendemain… Et oui, je me suis plantée dans les dates. Mais ils ont été bien sympathiques et nous ont préparé deux lits (dans des chambres différentes, mais au moins on a pu dormir) ! Si jamais, c’est l’Hostal Pirwa situé dans le quartier de Sopocachi. Cette auberge est relativement neuve car il n’y avait pas beaucoup de commentaires d’autres voyageurs sur TripAdvisor. Les lits sont confortables, il y a des duvets et le petit-déjeuner est top, avec du vrai pain !

Le lendemain matin, nous sommes allées faire le Red Cap Walking Tour, chose vraiment bien pour découvrir la ville ! Saviez-vous qu’il y avait une prison dans le centre même de la capitale ? La prison de San Pedro, un bâtiment initialement construit pour 250 personnes mais qui “héberge” aujourd’hui plus de 4’000 personnes (entre 1’300 et 1’500 prisonniers plus leur famille !) Cet endroit est une communauté à elle toute seule. Il y a différents quartiers (pour les pauvres et pour les riches), les prisonniers travaillent pour gagner de l’argent pour pouvoir payer leur loyer et leur nourriture (oui, parce que les prisonniers doivent payer leur séjour en prison). Ce lieu, est un des lieux principaux de Bolivie où est fabriquée cette poudre blanche consommée par un bon nombre de personne.

Il y a quelques années en arrière, un détenu anglais du nom de Thomas McFadden a été incarcéré pour trafic de drogue et il proposait des visites touristiques. Peut-être avez-vous lu le livre “Marching Powder” (que je dois lire). Ce livre explique la vie de ce mec dans la prison de San Pedro à La Paz. Les tours des prisons sont illégaux aujourd’hui, il y a eu plusieurs incidents avec des touristes (violes, vols, etc) donc si quelques vient vous en proposer un, dites non car c’est une arnaque !

Nous avons continué le tour en direction du marché San Rodrigues. C’est un marché à ciel ouvert. Les stands sont les uns à côté des autres. Viande, légumes, fruits, épices, habits etc. Comme dans tous les marchés en Amérique du Sud, les couleurs sont vives et il y a des odeurs intéressantes. Quelques rues plus loin, le marché des sorcières, où vous pouvez acheter plein de choses comme par exemple des “potions” d’amour, il y en a plein !

Vers la fin de la tournée, les guides ont voulus nous emmener à la Place Murillo mais celle-ci était fermée car il y avait des protestations. Oui, les boliviens sont les champions des protestations ! Souvent ils font des barrages sur la route et personne n’y même les voitures peuvent passer ce qui peut être très encombrant si vous faites un long voyage en bus et que la route est barrée.

Après ce chouette tour de ville, nous sommes parties, Sylvie, moi et Rinke, une fille belge de notre auberge en direction du téléphérique. Vous ne pouvez pas venir à La Paz sans faire un tour en cabine et survoler la ville. C’est un bon moyen pour avoir une vue depuis le haut ! Pour le moment, il y a trois lignes (la rouge, la jaune et la verte). Dans les 5 prochaines années, il y en aura 5 lignes supplémentaires ! Du coup, nous avons pris la ligne jaune depuis le quartier de Sopocachi et nous sommes montées jusqu’à El Alto. La vue depuis là-haut est splendide !

Après être restées un bon moment au sommet de la ville, nous avons rebroussé le chemin et sommes rentrées à l’auberge où nous avons cuisiné un bon plat de pâtes avec pleins de légumes ! J’aime bien cette vie en auberge de jeunesse. C’est un bon moyen pour rencontrer du monde et il y a souvent la possibilité de cuisiner son propre repas, un moyen économique et comme ça pas besoin d’aller tout le temps au restaurant, ce qui devient ennuyant au bout d’un moment.

Le lendemain, nous avons décidé de partir deux jours à Coroico. Malheureusement, j’ai décidé de ne pas écrire d’article sur ce weekend là car je ne me sentais pas très bien. J’étais bien-sûr en bonne compagnie et merci aux filles mais l’inspiration n’est pas présente. Le dimanche, nous sommes retournées à la Paz. Le trajet de retour a duré 3 heures, en arrivant à l’auberge nous avons profité de nous reposer un peu. Le lundi, nous sommes allées voir la vallée de la Lune, située au sud de la ville. Nous avons pris les transports en communs pour y aller et pour le retour. C’est pas cher et c’est sympa ! Les bas quartiers de la ville sont les quartiers riches et j’avais l’impression d’être à Beverly Hills. Les maison sont magnifiques et grandes avec de beaux jardins ! La différence entre le haut et le bas de la ville est frappante. Le haut c’est pour les pauvres, avec des maisons en briques rouges qui ne sont pas terminées et le bas c’est les bourgeois.

En arrivant sur le site de la vallée de la Lune, nous avons payé l’entrée de 15 Bolivianos (moins de 2$) et nous avons fait le tour. C’est une balade d’environ 45 minutes au milieu de formations de pierres et on se croirait vraiment sur la lune sauf qu’il y a des habitations et que la route est à côté. C’est une jolie petite balade et sortie à faire mais ça ne dure pas bien longtemps.

A la base, je voulais me rendre à Chacaltaya, une ancienne piste de ski (la plus haute au monde, 5’350 mètres d’altitude) mais selon la propriétaire de l’auberge on ne peut pas s’y rendre seul et pour le moment il n’y a pas de neige, du coup c’est pas très intéressant. Chacaltaya était un glacier il y a encore quelques années en arrière mais dû au réchauffement climatique il n’y a plus de glace depuis 2009. S’il neige durant l’hiver (juillet-août), le téléski ouvre durant les week-ends. Mais même à 5’000 mètres elle commence à se faire rare de nos jours, ce qui est un peu affolant ! Ce réchauffement climatique sévit partout dans le monde est pas seulement chez nous.

Lundi soir c’était l’heure des adieux avec Sylvie, elle est partie en direction du sud à Uyuni pour voir le fameux Salar que je verrai dans quelques semaines. Au total, nous avons voyagé une semaine ensemble et j’ai beaucoup apprécié sa compagnie. J’espère la revoir un jour soit en Suisse, en République Tchèque ou au Canada, on verra !


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s