Le village de Samaipata

Après avoir passé quelques jours à Santa Cruz de la Sierra chez Ana-Maria et Alfonso, les beaux-parents de mon amie d’enfance, Jenny. Je me suis rendue à Samaipata pour passer le week-end. Au départ, je ne pensais pas y aller mais tout le monde m’en a dit que du bien et c’est vrai, c’était une belle surprise et j’ai bien fait d’y aller ! 

Samaipata est un village de 3’500 habitants situé à 1’600 mètres d’altitude. Pour s’y rendre il faut prendre un mini-bus, le trajet dur entre 2:30 et 3:00 heures et coûte 30 Bolivianos. Pour le trajet de l’aller, j’ai suivi les conseils du Routard. Il faut se rendre à l’agence Expreso Samaipata à Santa Cruz et il faut attendre qu’il y ait 6 ou 7 passagers pour partir. Manque de bol, je suis arrivée la première et j’ai dû attendre 1:30 avant de partir. Les deux dernières personnes étaient un couple de français, Gaëlle et Florian de la région parisienne. Nous avons tout de suite sympathisé et j’ai profité de leur compagnie pour les jours suivants.

IMG_4350
Gaëlle, Florian & moi

 

En arrivant dans le village, nous sommes partis à la recherche d’un hébergement. Nous avons passé deux nuits dans l’hôtel de Don Jorge, à 5 minutes de la Plaza. Pour ma part j’ai payé 50 Bolivianos par nuit. Un peu cher quand le déjeuner n’es pas compris, que la salle de bain et à l’extérieur de la chambre et que le lit n’est pas confortable du tout ! 

Après avoir déposé les affaires, nous sommes allés tout de suite dans un bar situé sur la Plaza et qui s’appelle la Bohème. C’est le type de bar que j’aime bien ! Bonne ambiance, joli établissement et “bonne” musique. Après une bonne bière, nous avons décidé d’y manger et de boire une bouteille de rouge. Le vin était bolivien, un malbec très bon ! Le rythme étant différent de l’Europe, nous sommes parti nous couché à 21:00, et oui, j’ai l’impression d’être une grand-mère car je n’arrive pas à rester éveillée après 22:00 heures.

Le lendemain matin, nous avons déjeuné et nous avons décidé de marcher jusqu’au fort de Samaipata. Une marche d’environ 2 heures sur 9 kilomètres (3 à plat et 6 en montée). Le temps était meilleur que le jour d’avant. Un peu de ciel bleu et du soleil, ça faisait du bien de le voir, Monsieur Jean Rosset ! Au fur et à mesure de la montée, nous avons découvert de beaux paysages. Les montagnes sont verdoyantes. Dans cette région, les champs sont beaucoup cultivés, Je n’en ai pas encore beaucoup vu jusqu’à présent. Nous sommes passés à côté d’une cave où ils fabriquent du vin rouge et il y avait quelques cépages de vignes aux alentours.

Cette randonnée n’est pas difficile et ça permet d’économiser un trajet en taxi. Par contre, c’est sur la route que nous avons marché. Ce n’est pas un chemin dans la forêt. Heureusement, il n’y avait pas beaucoup de trafic car ce n’est pas une période très touristique mais il y a beaux paysages et ça faisait du bien de faire un effort physique après mes quelques jours de repos à Santa Cruz.

En arrivant à El Fuerte, nous avons payé l’entrée de 50 Bolivianos par personne. Il n’y a pas besoin de prendre un guide car il y a des panneaux informatifs tout au long du parcours écrits en espagnol et en anglais. Le tour à duré environ 2 heures. Lorsque nous avons fini la visite, une dame nous a gentiment proposé de nous appeler un taxi pour venir nous chercher et nous étions tous d’accord pour prendre cette option.

Après être rentrés à l’auberge et pris notre douche, nous sommes allés manger dans un restaurant et nous avons ensuite été boire quelques verres dans le bar la Bohème. Les mojitos étaient bons ! Puis des amis français à Gaëlle et Florian nous on rejoint car ils venaient d’arriver.

Le lendemain matin, nous nous sommes tous vu pour le petit-déjeuner et nous avons ensuite marché jusqu’au refuge d’animaux situé à 2 km. Ce refuge soigne des animaux blessés ou bien les récupère de personnes n’en les voulant plus. C’est une Suissesse du Valais qui est la proprietaire. Cela fait 14 ans qu’elle est en Bolivie et 12 ans qu’elle n’est pas rentrée au pays. Ce petit parc est bien agencé et il y a des animaux que je n’avais encore jamais vus comme des toucans. Je ne suis pas une fan des zoos, depuis que j’ai voyagé en Afrique je ne peux plus voir ces pauvres animaux en cage mais là, j’y suis allée parce que certains animaux, une fois guéris, sont remis en liberté.

Lors de notre balade, nous avons été rejoints par des petits compères. Deux singes, qui se sont installés sur les épaules de Gaëlle et Gauthier et ils n’ont pas bronchés. Ils semblaient être très à l’aise et l’un d’eux suçait même son pouce et s’endormait à moitié.

IMG_4380

Après cette visite, nous avons marché jusqu’au village car je devais rentrer à Santa Cruz. Je regrette un peu de ne pas être restée plus longtemps car ce lieu et un petit paradis sur terre. 

 


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s